Optimiser les coûts de maintenance en restauration collective des armées. Par l´équilibre entre faire" et "faire faire""

Rattachements


Type de travail universitaire
Mémoire
Formation
Master Management et Ingénierie de la Restauration Collective (MIRC)
Niveau
Master 1
Direction des travaux
PECH Éric
Année de réalisation

Auteur


Auteur du document
SOULES Cyril

Travaux


Résumé

La maintenance des outils de productions est en perpétuel essor depuis que la machine remplace l´homme. La restauration collective n´échappe pas à cette règle. Cette fonction périphérique constitue souvent une raison d´externalisation. Cependant, les choses se compliquent lorsque l´on traite du ministère de la Défense. L´armée française présente deux singularités. La première est de devoir « former » des dépanneurs militaires en temps de paix, pour pouvoir « oeuvrer » sur les théâtres d´opérations extérieures en temps de guerre. La deuxième est l´obligation d´appliquer les procédures de marchés publics. Cela amoindrit les avantages classiques de l´externalisation qui représente pourtant déjà près de 87 % dans la maintenance. Le paradoxe actuel est un savoir-faire interne sous-employé qui perd en compétences et dans le même temps un budget maintenance au profit d´une externalisation incontrôlable car incontrôlé. D´où l´émergence de ces deux questions : « comment limiter les coûts de maintenance ? » et « comment préserver qualitativement la maintenance opérationnelle ? ». Ainsi, cette étude aborde tout d´abord la notion de « matériel à dépanner » spécifique à la restauration collective puis la notion « d´acteurs » de la filière maintenance et enfin le détail des enjeux, qu´ils soient de productivité, économique, de pouvoir ou encore opérationnelle. Dans un second temps, elle expose et répond aux hypothèses émises.

Document

Pin It on Pinterest